Accueil / Actualités

Lagem taaba : Nos actualités !

Un concert pour sauver la vie de bébés burkinabés


La Caldarane est un ensemble vocal de l'est vendéen, basé à Pouzauges. Fort d'une soixantaine de choristes, dirigés par Michel Arnaud, le groupe était en concert à La Châtaigneraie, dimanche, devant une salle comble.
À l'occasion de ce concert à but humanitaire, la Caldarane est intervenue bénévolement. La manifestation était, en effet, organisée par l'association Lagem Taaba, au profit des nourrissons de Bokin, au Burkina Faso. Il y a là-bas un besoin urgent de lait premier âge, pour subvenir aux besoins élémentaires des bébés.
Le président de l'association Lagem Taaba, Jean-Marie Girard a donné plusieurs témoignages : « À Bokin, des enfants meurent parce qu'ils perdent leur mère à la naissance ; d'autres parce que les mamans n'ont pas de lait pour les nourrir ; d'autres encore parce qu'ils sont abandonnés par leurs mères qui ont enfanté hors mariage. Une situation qui ne peut être acceptée, ni par la famille, ni par le village. Lors d'un précédent voyage, nous avons rencontré une maman de triplés qui nous a remerciés, car sans le lait venu d'ici, ses enfants seraient morts. Avec ce lait, nous allons sauver des vies. »

Afficher l'article OF (Pdf)

Il redonne vie aux vélos pour une bonne cause


Après un passage chez Roland Bourasseau, les bicyclettes se remettent à rouler comme au premier jour. L'Herbretais les répare au profit de plusieurs associations caritatives. Rencontre En bricolage, Roland Bourasseau en connaît un rayon. Un établi, un poste à souder, des tournevis, des pinces... son atelier est bien équipé et soigneusement rangé. C'est dans ce cabanon que l'Herbretais retape des dizaines de vélos tous les ans. Un peu pour le plaisir, mais surtout pour rendre service. « J'ai commencé en 2004. J'avais besoin de trouver une occupation. Je continuais mon activité professionnelle mais je m'étais mis en retraite des sapeurs-pompiers volontaires. J'avais du temps libre », raconte-t-il. Le hasard fait bien les choses. L'association Lagem Taaba, basée à La Châtaigneraie, passe au même moment une annonce pour récupérer des vieilles bicyclettes afin de les envoyer au Burkina Faso. « Je l'ai appelée en posant mes conditions. Je voulais les remettre en état. Ça ne m'intéressait pas de faire du transport. » Burkina, Maroc et Sénégal Déjà impliqué dans le bénévolat, Roland Bourasseau roule donc (encore) pour une bonne cause. « Les femmes burkinabées utilisent les deux-roues pour aller au marché ou d'un village à l'autre. Elles transportent ainsi les marchandises, l'eau, les céréales comme le mil. Cela rend leur quotidien moins pénible », explique Jean-Marie Girard, président de Lagem Taaba.

Au fil du temps, des liens se sont noués avec d'autres associations. La Gazelle berbère a ainsi Le mécano enchaîne les réparations. Chaque année, une centaine d'engins décatis se font refaire une beauté... et une santé. « Certains arrivent avec une roue en moins, d'autres n'ont plus de pédales... », énumère-t-il. Aucune panne ne lui résiste. Et tout y passe : la chaîne, les freins et les câbles, le cadre... un vrai jeu d'enfant pour ce carrossier de métier, formé au travail manuel par son père charpentier menuisier. L'Herbretais est même enclin à minimiser la besogne. Jean-Marie Girard rectifie : « Ce n'est pas si simple. D'un modèle à l'autre, ce n'est jamais la même pièce. Pour s'en sortir, il faut du temps, de l'ingéniosité et des compétences. » Autre difficulté : trouver des pièces de rechange. Des neuves, mais aussi de l'occasion. « J'en récupère grâce à mon réseau de connaissances et je désosse les vélos trop endommagés », confie le réparateur. L'objectif est que l'opération ne coûte rien ou pas grand-chose. Et toutes ces bicyclettes cabossées, d'où viennent-elles ? « J'ai mis des annonces dans les magasins spécialisés. Des gens donnent l'ancien quand ils achètent un neuf. » Il y a aussi les objets trouvés. « Au bout d'un an et un jour, tout ce qui n'est pas réclamé à la police municipale passe par le service des Domaines. Le meilleur est vendu. » Le reste, c'est Roland qui s'en occupe.

Afficher l'article OF (Pdf)

Une machine à cordes pour Bokin


Lors du séjour à La Châtaigneraie de la délégation de Bokin au Burkina Faso, une machine à fabriquer les cordes lui a été offerte. Cette machine a d'abord été fabriquée avec les Bukinabés et une démonstration a été faite en commune avec des membres de Lagem Taaba. Le président Jean-Marie Girard a ainsi fait le lien:« La Châtaigneraie a longtemps été une référence au niveau de sa corderie et c'est l'occasion de partager notre savoir-faire. La corde faisant partie du quotidien au Burkina, il nous est apparu logique d'offrir une machine à fabriquer les cordes ».

De son côté, le maire de Bokin, Ernest Ouedraogo, s'est aussi exprimé avec satisfaction : « C'est pour moi une grande joie d'être ici pour concrétiser la coopération entre Bokin et La Châtaigneraie. Les échanges que j'ai eus ici permettent de mieux nous connaître et tout cela va droit au coeur de Bokin et de ses habitants. Les diverses actions entreprises sont inestimables pour nous. Beaucoup d'entre vous connaissent Bokin et ses défis quotidiens, alors il nous faut agir dans la continuité et l'enrichissement mutuel ». Avec la machine à cordes, les habitants de Bokin vont gagner du temps et repartir avec des sacs de ficelle.

Afficher l'article OF (Pdf)

La Chataigneraie - La plaque du square de Bokin dévoilée


Un square a été créé et inauguré, samedi. Symbole de trente années de coopération et d’amitié entre Bokin, au Burkina Faso, et La Châtaigneraie.

L’initiative
À l’intersection de la rue de la Croix-Blanche et de l’avenue Georges-Clemenceau, le Square de Bokin a été inauguré, samedi, en présence d’Ernest Ouedraogo, maire de Bokin, au Burkina Faso : « C’est pour moi un grand honneur et une grande joie d’être ici pour concrétiser trente années de coopération entre nos deux communes. Tout ce que vous faites va droit au coeur de Bokin et de ses habitants. Les diverses actions entreprises sont inestimables pour nous. » L’initiative a été menée par l’association Lagem Taaba accompagnée par la municipalité. Devant un large public constitué des élus, des anciens maires et des bénévoles, le président de Lagem Taaba, Jean-Marie Girard et le maire, Nicolas Maupetit, ont rappelé la longue amitié entre La Châtaigneraie et Bokin.
Un puits
Jean-Marie Girard a illustré son propos d’images fortes : « Ce puits de chez nous, que nous avons reconstitué ici, nous rappelle combien l’eau est précieuse au Burkina. C’est le symbole de notre amitié échangée comme un verre d’eau qu’on offre. » L’occasion aussi de rappeler les différentes actions d’aide au développement menées en commun, comme le forage de puits, la création de retenues d’eau. En 2011, à Bokin, une rue de « La châtaigneraie » avait été inaugurée et un arbre planté.
Deux troncs pour deux associations
Aujourd’hui à côté du puits, un cormier a aussi été planté dans le square et le président a reformulé des symboles : « Deux troncs pour nos deux associations, Lagem Taaba, ici, et ABC (Amicale Bokin - La Châtaigneraie) là-bas. Les branches sont nos bénévoles et les différentes structures, les fruits sont nos projets et nos différentes réalisations. » Moumini Ouedraogo, président de l’ABC, a rappelé de son côté, la redynamisation de l’association et fait un inventaire des réalisations sur place. Il a évoqué trois écoles neuves, un collège, du matériel scolaire acquis, un dispensaire et une cantine, des parrainages mis en place,les forages réalisés et les vélos reçus. « Il reste beaucoup à faire au Burkina Faso, dont les habitants doivent vivre, en moyenne, avec moins d’un euro par jour, ajoute Jean-Marie Girard. Beaucoup trop d’enfants souffrent de famine et ne vont pas à l’école. » Le maire s’est félicité des relations de confiance mutuelles qui ont été créés : « Ce square sera la pérennisation de la solidarité engagée et nous rappellera des réalités dans notre monde engourdi par la facilité. »

Afficher l'article OF (Pdf)

Trente ans de solidarité et d'amitié avec Bokin


Lagem Taaba signifie, en langue mossi, Unis pour avancer ensemble. C'est tout le Pays de La Châtaigneraie qui oeuvre au développement de cette commune du Burkina Faso. Confiance mutuelle Dimanche, l'association Lagem Taaba organise sa journée humanitaire, la Marche de l'espoir. L'objectif est de collecter des fonds pour financer les actions de solidarité en faveur de Bokin. « L'ensemble des villages qui constituent aujourd'hui ce qu'il est convenu d'appeler la commune de Bokin, ce sont environ 65 000 habitants, répartis sur une surface équivalente à trois de nos communautés de communes », explique Jean-Marie Girard, président de l'association.

Lagem Taaba rassemble plus d'une centaine de membres, soutenus par de nombreux bénévoles, des partenaires et diverses collectivités : communes, communauté de communes, Département, Région. « Depuis 30 ans, une aide réfléchie a pu être mise en place en fonction des vrais besoins, exprimés par les responsables burkinabés et la population de Bokin, dans une relation de confiance mutuelle. »

Nourrissons sauvés C'est ainsi qu'ont pu se concrétiser des actions dans le domaine de la scolarisation de plusieurs centaines d'enfants ; la construction d'écoles, de collèges, le parrainage d'enfants. Plusieurs forages ont été réalisés, pour un accès à l'eau plus facile et plus propre, « ce qui a permis l'amélioration du quotidien et de la santé de plusieurs centaines de personnes ».

À ce jour, plus de 1 000 vélos, collectés en Vendée, ont été expédiés. « Ils rendent les trajets et le transport de marchandises moins pénibles, en particulier pour les femmes et les enfants. » Plusieurs milliers de boîtes de lait premier âge ont été envoyées, « ce qui a permis de sauver nombre de nourrissons ». Projets en cours Pour cette année, ces diverses actions sont poursuivies et un conteneur sera expédié, en fin d'année avec des vélos, des fournitures scolaires, divers matériels.

Les gros projets portent principalement sur des forages, réalisés grâce à des partenariats avec la Saur et Vendée eau. « Les habitants de Bokin vont aussi construire un bouli, c'est-à-dire une petite retenue d'eau qui permettra une double culture sur les parcelles agricoles : en saison humide, ce sera la culture du maïs et du mil. En saison sèche, grâce à l'irrigation, ils pourront développer les cultures maraîchères : choux, tomates, oignons... La retenue sera aussi utile pour les animaux ».

Afficher l'article OF (Pdf)

La 30e marche de l'Espoir s'ouvre au patrimoine


La marche de l'Espoir, c'est aussi la marche des confitures insolites servies aux randonneurs. C'est une des plus grosses marches de Vendée. Quelque 1 500 personnes sont attendues, dimanche 17 septembre. Les organisateurs innovent cette année.
Trois questions à... Jean-Marie Girard, président de l'association Lagem Taaba, qui organise cette manifestation à but humanitaire.

Quelle est la nouveauté cette année ?
Nous avions envie de diversifier notre offre culturelle en proposant autre chose aux randonneurs du matin. Après le repas sur place, salle des Silènes, il sera possible de visiter quatre sites : le jardin médiéval de Bazoges-en-Pareds, le bourg de Vouvant, la Villa du peintre Félix Lionnet, à La Châtaigneraie, le musée De Lattre, à Mouilleron. Ces visites seront guidées, gratuites et réservées exclusivement à nos randonneurs qui se seront inscrits préalablement. Elles sont toutes prévues à 15 h. À Bazoges, les visiteurs pourront aussi visiter librement le donjon, moyennant une petite participation. À Vouvant, la visite très complète, conduite par l'office de tourisme, est prévue sur deux heures. Il faut compter une heure pour découvrir la villa Lionnet, monument historique classé tant pour son architecture extérieure que pour ses peintures murales intérieures. À Mouilleron, le musée De Lattre occupe la maison natale de l'homme illustre.

Où conduirez-vous les randonneurs ?
La 30e marche de l'Espoir proposera cinq circuits de 30, 20, 15, 10 et 5 km, avec acheminement en bus sur les parcours, au départ de la salle intercommunale des Silènes, avenue Clemenceau. Nous essayons de proposer, chaque année, des parcours inédits. Tous les circuits ont été établis sur un axe Mouilleron-Saint-Germain-La Châtaigneraie. On en profitera pour découvrir la faune et la flore de ce coin de bocage avec un spécialiste ; Cheffois et son église fortifiée, les anciennes carrières, la colline des Lapins, le site de la Vallée-Verte. Mais le principal centre d'intérêt, c'est Mouilleron-Saint-Germain : colline des Moulins, mémorial des combattants de l'Union française, chapelle de Lattre, vieux lavoir, fontaine, maisons natales de Clemenceau et De Lattre, carillon de l'église, le quatrième carillon rural de France, que l'on pourra entendre...

Y aura-t-il encore des animations ?
Comme chaque année, nous aurons sur les points de ravitaillement la dégustation de confitures insolites concoctées par nos bénévoles. Ensuite, diverses animations musicales sont prévues sur les parcours : musique traditionnelle poitevine, chansons plus actuelles, joueurs de cornemuses, groupe de musique africaine. Un peintre burkinabé exposera aussi son art.

Dimanche 17 septembre, marche de l'Espoir. Un pot de confiture et un ticket de tombola offerts à chaque participant. Repas ouvert à tous, randonneurs ou non (adultes 10 € ; enfants 5 €). Inscriptions de 6 € ou 7 €, suivant les distances, majorées de 1 € sur place (gratuit pour les moins de 12 ans).

Afficher l'article OF (Pdf)

Nouveaux itinéraires pour la 30e Marche de l'espoir


La 30e édition de la Marche de l'espoir, organisée par l'association humanitaire Lagem Taaba, aura lieu le 17 septembre. Michel Chancelier a pris la suite de Daniel Moreau comme responsable du tracé des itinéraires. Il explique : « Cinq circuits sont prévus de 30, 20, 15, 10 et 5 km avec acheminement en bus sur les parcours, au départ de la salle intercommunale des Silènes, avenue Clemenceau.

Tous les circuits ont été établis sur un axe Mouilleron-Saint-Germain-La Châtaigneraie. On en profitera pour découvrir le patrimoine, la faune et la flore, en passant en particulier par Cheffois et son église fortifiée, les anciennes carrières et le site de la Vallée verte. » Mais le principal centre d'intérêt, c'est Mouilleron-Saint-Germain : « Colline des moulins, mémorial des combattants de l'Union française, chapelle De Lattre, lavoir, fontaine, maisons natales de De Lattre et Clemenceau, carillon de l'église, le 4e carillon rural de France, que l'on pourra entendre, puisque c'est la Journée nationale du patrimoine. »

Un travail de longue haleine Une fois l'axe principal de la marche déterminé, avec pour principe de ne jamais revenir sur un même lieu dans les cinq prochaines années, la base de travail, dès novembre, sera l'utilisation des cartes IGN. « La difficulté, c'est d'éviter le goudron, car depuis dix ans, nous avons le label qualité du comité départemental. Sur l'itinéraire, nous essayons d'être entre 75 % et 80 % de petits sentiers. Une fois mon travail de repérage effectué, j'ai remis un dossier d'études, en janvier, à la commission des découvreurs. À cinq ou six, ils se sont rendus sur le terrain pour arpenter les chemins, les préparer, les débroussailler. Il a fallu rencontrer les propriétaires et exploitants pour qu'ils nous laissent traverser leurs terres. En juin, nous avons proposé à tout le conseil d'administration de parcourir les itinéraires. Cela permet de mettre tout le monde en contact avec la réalité des circuits. »

Plusieurs nouveautés au programme
Cette année, une tombola gratuite est proposée aux marcheurs, pour gagner de nombreux lots. Un partenariat avec divers sites permettra aux randonneurs de visiter gratuitement le jardin médiéval de Bazoges, la villa Lionnet à La Châtaignerie, le musée de Mouilleron et la commune de Vouvant. Comme c'est le cas depuis trente ans, les bénéfices iront aux actions de développement du département de Bokin, au Burkina Faso.

Dimanche 17 septembre, Marche de l'espoir. Animations sur les parcours et à l'arrivée. Dégustations de confitures insolites. Animations musicales. Exposition d'objets d'art africain. Un pot de confiture et un ticket tombola offerts à chaque participant.

Repas ouvert à tous, randonneurs ou non (adultes, 10 € ; enfants, 5 €). Inscriptions de 6 € ou 7 €, suivant les distances, majorées de 1 € sur place (gratuit pour les moins de 12 ans).

Afficher l'article OF (Pdf)

Les enfants sensibilisés à l'opération bol de riz


Quelques membres de l'association Lagem Taaba ont rencontré, jeudi, les enfants du CP au CM2 de l'école Saint - Joseph qui renouvellent leur opération bol de riz pour le Burkina Faso. Avec l'illustration de petits films sur les thèmes de l'eau, la santé, l'école, ils ont pu mieux comprendre leur geste et donner un sens à leur future action.

Afficher l'article OF (Pdf)





Opération bol de riz : 280 € pour l'Afrique


Après l'opération bol de riz, réalisée le 6 avril à la cantine, une somme de 280 € a pu être dégagée. Les enfants de l'école Saint-Joseph, du plus petit au plus grand, ont remis un chèque aux représentants de l'association Lagem Taaba.

Afficher l'article OF (Pdf)







Lagem Taaba : 30 ans de solidarité avec Bokin


Dans les années 80 , le hasard a fait se rencontrer Jeannot Remaud, alors maire adjoint de La Châtaigneraie, et le père Jean - Yves Chevalier , curé de Bokin, au Burkina Faso. De cette rencontre vont naître des relations étroites entre ces deux entités. La Châtaigneraie, dont le maire est alors Claude Bonneau, décide d'une première subvention à Bokin, calculée sur la consommation d'eau de la commune.

En 1987, l'association Lagem Taaba, qui signifie en langue locale Mossi « unis pour avancer ensemble », est créée pour aider au développement de Bokin.En partenariat avec le Rotary et avec le soutien de Marylène et Serge Papin, des magasins U de Chantonnay et La Châtaigneraie, la première manifestation pour soutenir les projets de l'association voit le jour. Il s'agit d'une course de 30 km entre Chantonnay et La Châtaigneraie. Une manifestation qui prendra de l'ampleur et évoluera jusqu'à la marche de l'Espoir. Chaque année , en septembre, cet événement rassemble des milliers de randonneurs.

Opération après opération, l'association Lagem Taaba « agit ici, pour là- bas ».

Camion de l'Espoir, lait de l'Espoir, vélos de l'Espoir, container de l'Espoir, marche de l'Espoir, sont autant d'actions menées. « Depuis trente ans, directement ou indirectement, à un moment ou à un autre, à travers des constructions , des projets divers , écoles, dispensaires, forages, envois, échanges... chaque famille de Bokin a pu bénéficier d'une petite aide, d'un peu d'Espoir venant de La Châtaigneraie », explique Jean- Marie Girard, président de l'association. « Nous fêterons ces trente ans de fraternité, d'échange , de partage et d'amitié, les 17 et 23 septembre », précise-t-il.

Afficher l'article OF (Pdf)

L'école Sainte-Marie s'ouvre au Burkina Faso


Jean-Marie Girard, président de l' association Lagem Taaba, accompagné de deux autres bénévoles , Jacqueline et Jacques Roullon, sont intervenus dans toutes les classes de l'école Sainte-Marie, lundi toute la journée.
L'objectif était de présenter aux enfants ce qu'est Lagem Taaba, qui oeuvre depuis trente ans au développement concerté de la région de Bokin, au Burkina Faso. « Cette démarche s'inscrit dans le projet pastoral et éducatif de l'école, explique le directeur, Vincent Gelot. Pastoral, puisque l'association s'est créée en lien avec un missionnaire catholique en poste à Bokin. Éducatif, car nous allons en profiter pour sensibiliser nos écoliers à la vie de leurs homologues burkinabés, en organisant une collecte de fournitures scolaires . »
Les films projetés n'ont pas manqué de susciter de nombreuses questions des enfants, auxquelles ont répondu les trois intervenants. Ce projet sera présenté, en même temps que les autres projets développés cette année à l'école, lors de l'opération portes ouvertes qui a lieu vendredi 24 mars, de 17 h à 19 h.

Afficher l'article OF (Pdf)

Les écoliers d'Élie-de-Sayvre sensibilisés à l'Afrique


Une délégation de bénévoles de l'association Lagem Taaba, conduite par son président, Jean- Marie Girard, est venue rendre visite à l'ensemble des classes de l'école Élie -de-Sayvre, le mercredi 1er mars. Emmanuelle Préaud, directrice de l'école, explique le pourquoi cette intervention : « Nous les avons contactés dans le cadre de notre projet éco-école sur les solidarités. Ils nous ont présenté des films réalisés au Burkina Faso : films sur la vie au village, l'école, l'eau... Ainsi qu'un film sur les actions solidaires menées au Pays de La Châtaigneraie. Les élèves ont pu poser de nombreuses questions. Maintenant, nous devons réfléchir aux actions solidaires qui pourraient être mises en place entre Lagem Taaba et l'école. »

Afficher l'article OF (Pdf)

1 205 participants à la Marche de l'espoir


Les randonneurs passent devant le château de la Ménardière. Dégustation de confitures lors du ravitaillement au plan d'eau de la vallée de l'Hyère.

Les marcheurs découvrent les trésors que recèle l'église, dont ce magnifique ostensoir... Louis, à gauche, explique aux randonneurs, l'origine, la composition, l'extraction, et l'utilisation de la pierre des Plochères. Organisée par l'association Lagem Taaba de La Châtaigneraie, cette marche a eu lieu dimanche.

Les cinq circuits de 5, 10, 15, 20 et 30 km sont passés par Saint-Pierre-du-Chemin. Une équipe de bénévoles a accueilli les marcheurs afin de leur fournir quelques explications sur les lieux qu'ils traversaient. Anouck et Philippe ont retracé rapidement l'histoire du château de la Ménardière, datant du XVe siècle, et devenu aujourd'hui un gîte de France, après une restauration partielle. « un joyau du patrimoine de XIXe siècle ».

Véronique et Jackie, eux, ont offert une visite guidée de l'église. Ils ont raconté la façade du XVe siècle, le Christ en bois du XVIIe siècle, et la vitrine mettant en valeur, entre autres, les reliques de saint Valentin. Quant à Louis, il a attendu les randonneurs sur un ancien site d'extraction de la pierre des Plochères. « Cette roche réfractaire, exploitée jusqu'au milieu du XXe siècle, pour la construction des fours de boulangerie, fours à chaux ou à tuile, apparaît sur les façades des belles demeures de la commune. » Le lieu de ravitaillement était situé au plan d'eau de la vallée de l'Hyère. Un espace naturel de loisirs de 4 ha, créé en 2008.

Celui-ci comporte un théâtre de verdure et un vaste préau, où les marcheurs ont été accueillis, en musique, par le groupe de cornemuses les Pink Stones.
Afficher le document (Pdf)

Marcher pour soutenir les projets de Lagem Taaba


Une marche de l'espoir est organisée, dimanche, par l'association humanitaire Lagem Taaba. Une action qui va contribuer à la mise en place de projets concrets au Burkina Faso.

Le président de l'association Lagem Taaba, Jean-Marie Girard, indique les raisons qui ont poussé l'association à faire le choix des forages : « Cette année, un des projets majeurs concernera le forage de puits. La saison sèche, dans le département de Bokin au Burkina Faso, dure huit mois, avec des températures de 40°. On comprend ainsi aisément que l'approvisionnement en eau est une priorité. L'eau c'est la vie des personnes, des animaux et des plantes. » Deux puits sur trois n'ont plus d'eau Il explique que « dans cette zone, en fin de saison sèche, deux puits sur trois n'ont plus d'eau. Seuls les forages ont de l'eau toute l'année. Lors de notre séjour là-bas, en janvier dernier, nous avons pu parler avec la population de la nécessité de ces points d'eau permanents.

Notre action du moment s'oriente donc vers la mise en place de forages qui permettront ainsi, d'une part à la population, de rester sur place pour travailler la terre et, d'autre part, aux animaux de s'abreuver. » Des projets qui impliquent la population locale « car c'est ensemble que l'on améliore les conditions de vie ».

Ces projets seront détaillés lors du repas proposé aux participants après l'arrivée des marcheurs qui seront encore très nombreux cette année pour apporter ainsi leur obole au développement humanitaire. Dimanche 18 septembre, marche de l'espoir.
Départs de la salle des Silènes, de 7 h à 10 h, selon la longueur du circuit choisi.
Afficher le document (Pdf)

De nouveaux sentiers pour la Marche de l'espoir


Un groupe de volontaires est parti à la découverte des sentiers en compagnie de Moumini Ouedraogo.

Organisée par l'association humanitaire Lagem Taaba, la 29e édition de la Marche de l'espoir, aura lieu le Samedi 18 septembre. Sa mise en place bat son plein, avec le repérage de nouveaux sentiers, sous la houlette de Daniel Moreau, responsable de ce secteur dans l'association. Il précise : « Nous proposerons cette année encore, un choix de cinq circuits de 30, 20, 15, 10 et 5 km, sur le secteur de Saint-Pierre du Chemin. Ce sera l'occasion de mettre en avant les éléments du patrimoine local, comme le château de la Ménardière, le théâtre de verdure de la vallée de l'Hyère, les reliques de Saint-Valentin et les carrières de pierre des Plochères. » Au groupe de repérage de nouveaux sentiers, s'était joint Moumini Ouedraogo, secrétaire général à la mairie de Boken, au Burkina Faso, de passage à La Châtaigneraie. « Je suis venu ici pour voir ce que les membres de Lagem Taaba font pour mon pays. Je veux aussi me rendre compte de tout ce qui se fait ici », a-t-il expliqué avec simplicité.

Le président Jean-Marie Girard, a de son côté, souligné la bonne coopération entre les partenaires : « L'objectif de son passage chez nous, c'est évidemment de montrer la volonté d'entretenir nos bonnes relations, pour continuer à se comprendre et à travailler ensemble. » Les projets retenus pour cette année concernent des forages, la création d'une retenue d'eau pour des cultures maraîchères et une aide aux orphelins et aveugles. Dimanche 18 septembre, Marche de l'espoir. Départs de la salle des Silènes.
Afficher le document (Pdf)

Revoir ou voir le reportage sur l'exposition à la Vendéthèque



http://www.tvvendee.fr/le-journal/edition-du-vendredi-13-mai-2016_13052016

Comprendre les arts de guérir en Afrique traditionnelle


Conférence avec Jacques BARRIER le 18 mai 2016

Afficher le document (Pdf)

Beauté d’Afrique - culture et partage


EXPOSITION - CONTES - CONFERENCES
Du 29 avril au 23 juillet 2016

Afficher le document (Pdf)

Les projets ne manquent pas pour le développement de Bokin


L'association Lagem-Taaba fédère de nombreux bénévoles sur l'ensemble du Pays de La Châtaigneraie. Son objectif : aider au développement du département de Bokin, au Burkina Faso. L'assemblée générale de l'association Lagem-Taaba a réuni, jeudi 7 avril, une centaine de personnes, salle Belle-Épine.

Les rapports moraux, d'activités et financiers ont été suivis d'une intéressante présentation du dernier voyage au Burkina de sept personnes de l'association. Le président, Jean-Marie Girard, qui faisait partie du groupe, en a rappelé les objectifs : « S'imprégner de la réalité du terrain et échanger avec les gens de Bokin est indispensable pour connaître les vrais besoins de la population, voir les réalisations et discuter des projets d'avenir. Pendant ce séjour, les contacts ont été nombreux et riches. Nous avons été confrontés à la détresse, mais aussi à l'espoir de la population. » S'appuyant sur des photos et des vidéos prises durant le séjour, chacun des voyageurs a été amené à exprimer son ressenti devant les immenses besoins. Les projets : Cette année encore, Lagem Taaba ne manque pas de projets pour répondre aux demandes des habitants de Bokin.

Il faudrait rehausser la digue d'un barrage pour le rendre plus performant, réaliser un nouveau forage, acheter du matériel scolaire pour deux écoles, aménager une cuisine à l'internat des filles de la mission catholique, prévoir des microcrédits pour développer les petits commerces des groupements de femmes, envoyer du lait pour les nourrissons, aider l'orphelinat... Pour financer cela, l'association compte sur des aides ciblées de la Région et de Vendée eau (barrages, forages), mais c'est essentiellement la Marche de l'espoir qui permet, chaque année, de financer ces projets.

En 2016, elle est prévue le dimanche 18 septembre et empruntera, cette fois, les sentiers du nord-est du Pays de La Châtaigneraie via Menomblet, Saint-Pierre-du-Chemin et La Tardière. Nouveaux membres : À l'occasion des élections statutaires, Corinne et Stéphane Belaud, Vital Lemasson et Marylène Papin ont fait part de leur intention de quitter le conseil, d'administration. Ils ont été remerciés pour leurs longues années d'engagement. Trois nouveaux membres arrivent : Joël Chaigneau d'Antigny, Claude Lepoul de Breuil-Barret et Évelyne Paillat de Saint-Pierre-du-Chemin.

Afficher le document (Pdf)

Beauté d’Afrique - culture et partage


EXPOSITION - CONTES - CONFERENCES
Du 29 avril au 23 juillet 2016

Afficher le document (Pdf)

La Vendéthèque s'ouvre aux arts d'Afrique de l'Ouest


expo photoL'exposition Beauté d'Afrique, culture et partage propose, jusqu'au 23 juillet, de mettre en lumière, sous des formes multiples, les richesses culturelles de l'Afrique de l'Ouest. Nouveau rendez-vous de la saison culturelle des Vendéthèques. L'exposition Beauté d'Afrique, culture et partage a été inaugurée vendredi soir. Présidée par Jean-Marie Girard, l'association Lagem-Taaba œuvre depuis plus de 30 ans au Pays de La Châtaigneraie au profit du développement concerté du département de Bokin, au Burkina Faso.

Trois mots : Ensemble, culture, partage

C'est tout naturellement que Lagem-Taaba a été contacté pour mettre en oeuvre cette exposition. « Trois mots nous ont guidés pour ce projet, explique Jean-Marie Girard : Ensemble. Culture. Partage. Ensemble, car nous ne pouvons qu'être heureux de cette association avec le département de la Vendée. Culture, afin de promouvoir les traditions, les modes de vie et l'art de l'Ouest Africain. Partage, car nous espérons éveiller ainsi la curiosité du public. »

Le président Girard a tenu à remercier particulièrement les bénévoles de l'association qui se sont beaucoup investis dans la mise en place de l'expo, en lien avec les personnels de la Vendéthèque. Des propos d'ailleurs soulignés par Valentin Josse, conseiller départemental du canton, qui s'est félicité du travail des bénévoles « qui n'ont pas été frileux sur ce coup » et de la très grande qualité de l'exposition. « Elle vient une fois encore conforter la mission culturelle voulue par le département avec l'implantation de la Vendéthèque à La Châtaigneraie, tout en valorisant une association locale. »

François Bon, président de la commission culture du conseil départemental, n'a pas caché son plaisir de présenter les contenus de l'expo : « Elle rassemble plus d'une centaine d'œuvres d'art et de photos, grâce aux prêts de collectionneurs privés et surtout de la société des Missions africaines et son musée de Lyon. Ce qui est fascinant c'est que cette statuaire, ces objets rituels et ces masques relèvent d'une symbolique forte qui exprime la philosophie de l'ethnie à laquelle appartient l'artiste. »Six artistes contemporains reconnus de l'Afrique de l'Ouest, peintres, modeleurs, sculpteurs, sont particulièrement mis à l'honneur. La reconstitution d'un cœur de village africain et d'une salle de classe ajoute encore à l'intérêt de l'exposition.
Article Ouest France du 5 mai 2016

« Ses triplés sauvés » grâce à l'action de Lagem Taaba


marche 2015L'association Lagem Taaba, implantée dans tout le Pays de La Châtaigneraie, aide, depuis de longues années, au développement concerté du département de Bokin, au Burkina Faso. Son assemblée générale, jeudi 7 avril, sera l'occasion de présenter bilans financiers et comptes rendus des diverses activités. Mais ce sera surtout un temps d'échange et de partage avec les sept personnes de l'association, qui se sont rendus là-bas, en janvier.Jean-Marie Girard, actuel président, donne un exemple illustré par la photo jointe : « Il s'agit d'une femme que nous avons rencontré, par hasard sur la piste, alors que notre véhiculeétait en panne. Nous l'avons aidée car son attelage avait quelques problèmes. Elle serendait au marché de Bokin, à plusieurs kilomètres, pour vendre des produits maraîchers.Dans la discussion, elle nous a dit qu'il y a deux ans, elle avait accouché de triplés qui ontpu être sauvés grâce au lait premier âge envoyé par Lagem Taaba. Nous avons étéprofondément touchés par ses remerciements, et nous lui avons donné rendez-vous lelendemain pour lui remettre quelques vêtements d'enfants. »Jeudi 7 avril, 20 h, salle Belle-Épine. Après l'assemblée générale statutaire, chacun des sept voyageurs s'exprimera sur son voyage à Bokin ; un film illustrera leurs propos. Entrée libre.
Article Ouest France du 4 avril 2016

Des vélos prêts à partir en conteneur pour le Burkina Faso


marche 2015Au Pays de La Châtaigneraie, l'association Lagem Taaba gère des relations de développement concerté avec le département de Bokin au Burkina Faso.

En 2005, à l'occasion du départ du Tour de France de Vendée, l'association avait lancé l'opération les Vélos de l'espoir. L'opération avait été un réel succès et, depuis, Lagem Taaba continue de collecter des vélos et les expédie plus ou moins régulièrement par conteneur. Là-bas, ils sont vendus pour une somme très modique et rendent des services inestimables, en particulier aux femmes pour le transport de marchandises et du bois.
Dédé et Yves, qui gèrent ce service, sont justement en train de préparer la prochaine expédition. Les vélos doivent prendre le moins de place possible dans le conteneur : « Il faut démonter les pédales, tourner les guidons et baisser les selles. »
Une grande partie de ces vélos a été collectée et remise en état dans les secteurs de Montaigu et des Herbiers. Mais localement, il y a toujours des donateurs.

Ainsi, Pierrette et Maurice viennent d'apporter l'ancien vélo de leur fille. « Nous avons été sensibilisés à cette action, car nous sommes bénévoles le jour de la Marche de l'espoir. Partager avec des gens qui ont peu de chose nous tient à coeur. Ce vélo ne servait plus, nous l'avons remis en état, nettoyage, pneus neufs, révision des freins. Nous sommes plutôt fiers du résultat. »
Actuellement, près de 250 vélos sont prêts à être expédiés, mais on peut encore en apporter à l'association.

Article Ouest France du 21 novembre 2015

Braderie le samedi 28 novembre 2015


marche 2015BRADERIE - Samedi 28 novembre 2015 - Place Elie de Sayvre 85 LA CHATAIGNERAIE - De 9h00 à 17h00
Acheter, chinerDes produits à l’état neuf, jouets, jeux, décorations, cadeaux, matériel de plein-air, CD, DVD, seront vendus à tout petit prix.
Cette braderie est organisée par LAGEM-TAABA pour permettre le fonctionnement d’un orphelinat au Burkina Faso. Merci de votre visite





AVIS DE RECHERCHE


Pour développer et soutenir l’artisanat local à Bokin, nous recherchons tout type de matériel de menuiserie ainsi que des outils et matériels pour l’équipement d’une forge.
Contact : 06 67 43 61 64 / Courriel : lagem-taaba@orange.fr

Marche de l'espoir : « Mission accomplie » pour Lagem-Taaba


marche 2015La Marche de l'espoir a rassemblé, dimanche 20, quelque 1 200 randonneurs sur les itinéraires que l'association Lagem Taaba avait sélectionnés pour la circonstance (Ouest-France du lundi 21). Au cours du repas qui a suivi, le président, Jean-Marie Girard, est intervenu pour faire partager sa satisfaction et donner des nouvelles de Bokin, en raison des événements qui affectent le pays ces jours derniers.
« Mission accomplie, a affirmé le président. Mission remplie au niveau humanitaire, puisque nous savons déjà que, grâce à vous, les profits de la journée vont permettre de financer un forage et une pompe manuelle ainsi que divers petits projets annexes. »
Mission accomplie encore à l'écoute des randonneurs : « Vous vous dites remplis d'admiration pour la qualité de notre accueil, de notre organisation, des animations et des sentiers parcourus. Nous sommes heureux de vous savoir satisfaits. » Tout est calme Concernant les événements récents au Burkina, le président a expliqué : « Bokin est à 100 km de Ouagadougou.
Tout y est calme ; il n'y a aucun trouble. Une partie de la population suit les événements, parfois avec un certain retard. Les autres, dans les villages isolés, sont ignorants de la situation. »
À propos des migrants, l'autre préoccupation du moment, Jean-Marie Girard précise : « Il n'y a pas de migrants Burkinabés et l'objectif premier de notre association est d'accompagner, là-bas, toute forme de développement, pour éviter justement les départs. Si nous réussissons à améliorer leurs conditions de vie et à donner espoir à la population, elle restera sur place. »

Afficher l'article Ouest france du 25 septembre 2015, c'est ici !

La Marche de l'espoir rassemble 1 200 randonneurs


marche 2015La 28e édition de la Marche de l'espoir, au profit des actions humanitaires de Lagem Taaba, au Burkina Faso, a rassemblé, dimanche, environ 1 200 randonneurs. L'objectif est, à chaque fois, de collecter des fonds pour l'aide au développement du département de Bokin ; en particulier pour la construction et l'aménagement d'écoles et de collèges.
Les participants étaient invités à rapporter dictionnaires, laine et aiguilles, biberons, vélos. Cette manifestation est l'une de celles qui rassemble le plus de randonneurs, sur une journée, en Vendée.
Les circuits étaient établis sur un axe Saint-Paul-en-Gâtine-La Chapelle-aux-Lys-La Châtaigneraie. Des animations musicales étaient prévues aux points de ravitaillement et à l'arrivée. Les bénévoles de l'association Astrolys avaient prévu un accueil spécifique à La Chapelle-aux-Lys. À l'arrivée, un pot de confiture insolite était offert à chaque participant. Afficher l'article Ouest france du 21 septembre 2015, c'est ici !

La Marche de l'espoir « une bonne action qui aide les Burkinabés »


marche 2015La 28e édition de la Marche de l'espoir, au profit des actions humanitaires de Lagem Taaba à Bokin, au Burkina Faso, aura lieu le 20 septembre. Jules Ouedraogo, 36 ans, est curé de Bokin depuis août 2014.

Ordonné en 2008
De passage, ce week-end, à La Châtaigneraie, il explique. « Avec 65 000 habitants, dont environ 10 000 catholiques pratiquants, Bokin est une grosse paroisse du diocèse de Kaya où je suis né. Mon père était cuisinier à l'évêché, mais était aussi paysan comme toute la famille. J'ai fait mes études au petit séminaire de Kaya, puis à celui de Baskouré. Je suis allé au grand séminaire, à Ouagadougou, puis à Bobo-Dioulasso, avant d'être ordonné en 2008. »

À Bokin, « nous sommes deux prêtres aidés d'un stagiaire ». La paroisse comporte 36 villages, « dont j'ai pu faire le tour depuis mon installation. La pratique religieuse est dynamique. Nos célébrations sont animées et les divers groupes pastoraux y participent régulièrement. Une grande place est réservée aux enfants et aux jeunes ». L'église est encore jeune dans ce coin d'Afrique, puisque la paroisse va fêter, en novembre, ses 50 ans d'existence.

« Une grande chance pour moi de venir ici »
Jules Ouedraogo est en France pour la première fois. À l'invitation du curé du Grau-du-Roi, il vient de passer un mois au service de cette paroisse du Gard. Avant de retourner dans son pays, il ne pouvait ignorer l'invitation de Jean-Marie Girard, président de Lagem Taaba. « C'est pour moi une grande chance de venir ici », estime Jules, qui reconnaît que, sans l'action de Lagem Taaba, la paroisse de Bokin ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui.

« Grâce à l'action initiale du père Jean-Yves Chevalier, prêtre à la mission, les liens d'amitié se sont mis en place. Tout ce qui a été fait, en particulier au niveau des écoles, a permis de développer l'instruction des Burkinabés. » Il souligne : « S'il n'y avait pas eu cette aide de Lagem Taaba, il y aurait aujourd'hui un manque à Bokin. La Marche de l'espoir est une bonne initiative qui permet au Pays de La Châtaigneraie d'apporter une aide à des gens qui sont loin en distance mais proches dans le coeur ».

Dimanche 20 septembre, Marche de l'espoir. Dégustations de confitures insolites ; un pot offert à chaque participant. Animations musicales sur les parcours et à l'arrivée. Repas ouvert à tous, randonneurs ou non (adultes, 10 € ; enfants, 5 €). Inscriptions de 5 € ou 6 €, suivant les distances, majorées de 1 € sur place (gratuit pour les moins de 12 ans). Renseignements à l'office de tourisme. Inscriptions sur www.randovendee.com
Afficher l'article Ouest France en PDF, c'est ici !

La 28e Marche de l'espoir va explorer le pays du Lys


marche 2015Chaque année désormais, les responsables de la Marche de l'espoir entendent donner un coup de projecteur particulier dans une commune du Pays de La Châtaigneraie. Après Vouvant l'an passé, c'est La Chapelle-aux-Lys qui a été choisie pour cette nouvelle édition.

Travail d'équipe
La 28e édition de la Marche de l'espoir, au profit des actions humanitaires de Lagem Taaba, au Burkina Faso, aura lieu le 20 septembre. Daniel Moreau est responsable du tracé des itinéraires. À la tête d'une équipe d'une petite dizaine de personnes, il explique : « Notre base de travail, dès novembre, ce sont les cartes d'état-major avec un objectif, ne jamais revenir sur un même lieu dans les cinq années. En décembre, nous allons sur le terrain. La difficulté c'est d'éviter le goudron. Depuis trois ans, nous avons le label qualité du comité départemental. Nous essayons d'être entre 75 % et 80 % de chemins. Ça nous oblige à demander à des propriétaires et exploitants de nous laisser passer sur leurs terres, en limite de cultures. C'est rare qu'on nous refuse le passage. »

Aux sources de la Vendée
Cinq circuits de 30, 20, 15, 10 et 5 km seront proposés, avec acheminement en bus sur tous les parcours, au départ de la salle intercommunale des Silènes, avenue Clemenceau. « Le 5 km bénéficiera d'un aller et retour en autocar, tandis que les autres reviendront à pied par un itinéraire inédit dans les rues de La Châtaigneraie », précise le responsable. Tous les circuits ont été établis sur un axe : Saint-Paul-en-Gâtine- La Chapelle-aux-Lys-La Châtaigneraie.
L'occasion de découvrir un bocage encore bien présent avec ses chemins creux, ses vallonnements et des points de vue étonnants. « La commune de La Chapelle-aux-Lys et les bénévoles de l'association Astrolys prévoient un accueil spécifique. D'ailleurs, un feuillet descriptif sera remis à chaque famille de randonneurs pour détailler les particularités historiques et architecturales de la commune », ajoute Daniel Moreau.

Dimanche 20 septembre, Marche de l'espoir. Dégustations de confitures insolites ; un pot offert à chaque participant. Animations musicales sur les parcours et à l'arrivée. Repas ouvert à tous, randonneurs ou non (adultes 10 € ; enfants 5 €). Inscriptions de 5 € ou 6 €, suivant les distances, majorées de 1 € sur place (gratuit pour les moins de 12 ans). Renseignements à l'office de tourisme. Inscriptions sur www.randovendee.com
Afficher le PDF, c'est ici !

Les organisateurs de la Marche de l'espoir testent les itinéraires (juillet 2015)


marche 2015La 28e édition de la Marche de l'espoir, au profit des actions humanitaires de Lagem Taaba au Burkina Faso, aura lieu le 20 septembre. Daniel Moreau, responsable du tracé des itinéraires les a fait tester aux bénévoles. Aux sources de la Vendée : Cinq circuits allant de 5 à 30 kilomètres seront proposés, avec acheminement en bus sur les parcours, au départ de la salle intercommunale des Silènes, avenue Clemenceau. « Comme l'an dernier, nous avons raccourci les deux trajets les plus longs. Les 5 et 10 km bénéficieront également d'un aller et retour en autocar, ce qui permet de varier les sites proposés aux randonneurs ». Tous les circuits ont été établis sur un axe Saint-Paul-en-Gâtine-La Chapelle-aux-Lys-La Châtaigneraie. Daniel Moreau explique : « Notre équipe est composée d'une petite dizaine de personnes. Notre base de travail, dès novembre, ce sont les cartes d'état-major avec un objectif, ne jamais revenir sur un même lieu dans les cinq années. En décembre nous allons sur le terrain.

La difficulté c'est d'éviter le goudron. Depuis trois, nous avons le label qualité du comité départemental. Nous essayons de nous situer entre 75 % et 80 % de chemins. Ça nous oblige à demander à des propriétaires et exploitants de nous laisser passer sur leurs terres, en limite de cultures. C'est rare qu'on nous refuse le passage. » En septembre des animations auront lieu sur les parcours avec à l'arrivée, une dégustation de confitures insolites. Des animations musicales sont également à prévoir. Un pot de confiture sera offert à chaque participant. Le repas est ouvert à tous, randonneurs ou non (adultes 10 € ; enfants 5 €).
Voir l'article du 08 juillet au format PDF, c'est ici !

45 bénévoles au champ de mogette solidaire (juillet 2015)


champ de mogette45 bénévoles du canton se retrouvent au champ de mogette solidaire pour un premier binage Manuel. Le collectif Champ de mogette solidaire regroupe les bénévoles du Secours catholique, du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) et l'association Lagem Taaba qui oeuvre au Burkina Faso. La mogette récoltée et la fête du 24 octobre, à la salle des Silènes, contribuent financièrement, et pour une large part, aux actions soutenues par ces mouvements.

Le champ cultivé, cette année, a été mis à disposition par la mairie. Les jeunes agriculteurs ont mis en place la culture des lingots de Vendée. Après avoir fait l'objet d'un binage mécanique, le champ de mogettes a été confié, mercredi 1er juillet, à 45 bénévoles pour un premier binage manuel, sous la responsabilité de Jean-Marie Poupin et de Michel Anquetil. Loin d'être une corvée, cette opération permet de regrouper les bénévoles et elle est vécue dans la bonne humeur. Le dîner spectacle du 24 octobre sera animé par la chorale Céridièse, de Cerizay. Les cartes seront bientôt en vente avec les responsables référents des communes.
Voir l'article du 08 juillet au format PDF, c'est ici !

Opération BOL DE RIZ à l'école Saint-Joseph de St-Hialire de Voust


Opération Bol de Riz 2015L'Ogec et le corps enseignant de l'école Saint-Joseph adhèrent depuis cinq ans à une opération bol de riz-pomme dont le bénéfice des repas est reversé à l'association Lagem Taaba pour le Burkina Faso. Une soixantaine d'enfants et d'adultes y ont participé par une journée ensoleillée sous le gros chêne. Préparés en classe par leurs institutrices et instituteur, les enfants avaient conscience de leur effort et ont participé à l'opération avec entrain. (O.F du 04 JUIN 2015)

Après leur participation active à l'opération bol de riz pour le Burkina Faso, les enfants de l'école Saint-Joseph ont été associés à la remise du chèque de 209 €.Le plus jeune élève et le plus âgé ont remis le chèque à Jean-Marie Girard, président de l'association Lagem Taaba : « Cet argent récolté grâce à vous, viendra continuer à aider les enfants des écoles au Burkina. » . (O.F du 05 JUIN 2015)

Voir l'article du 04 juin au format PDF, c'est ici !
Voir l'article du 05 juin au format PDF, c'est ici !

1 450 randonneurs à la 27e édition de la marche de l'Espoir


marche de l'Espoir 2014L'association Lagem Taaba, présidée par Jean-Marie Girard, entretient depuis bientôt trente ans des relations privilégiées avec le département de Bokin au Burkina Faso. Son objectif est d'apporter sa contribution au développement de cette région en répondant au plus près aux besoins de la population en matière de scolarisation, de santé, de développement agricole et de lutte contre la pauvreté sous toutes ses formes. Chaque année, grâce la marche de l'espoir et aux parrainages, des fonds sont recueillis pour alimenter ces différentes actions. En 2013, un collège a pu être terminé avec trois classes. En 2014, on poursuit la construction de nouvelles classes ainsi que l'alphabétisation des adultes. Dimanche, la marche de l'Espoir a rassemblé 1 450 randonneurs, répartis sur les cinq circuits (5, 10, 15, 20 et 30 km) préparés par l'équipe de Daniel Moreau, avec le concours d'Albert Rabaud, responsable global de la randonnée.

Depuis le plateau de la forêt de Mervent jusqu'à la salle des Silènes, siège de l'animation, les marcheurs ont apprécié le calme de la forêt, le patrimoine de Vouvant et la vallée de la Mère sur la commune d'Antigny. Ils ont aimé les étapes gourmandes des points de ravitaillement et particulièrement les confitures préparées par Marie-Odile Rabaud, Éliane Gourmaud, Denise Bluteau et toute leur équipe. À l'arrivée, outre les confitures, on pouvait encore déguster des variétés de fromages, écouter le concert du groupe de musique africaine et participer avec 510 convives au repas de la solidarité.

Au terme de la randonnée, Jean-Marie Girard, satisfait, a salué « le travail accompli et le souci de bien faire de toute l'équipe de plus de 150 bénévoles. Ce qui est très souvent redit, c'est la qualité des sentiers, de l'accueil et de l'organisation, avec la convivialité du repas et l'objet humanitaire de la manifestation qui assurent le succès d'un tel rassemblement de randonneurs » (O.F du 23 sept. 2014).
Vous souhaitez enregistrez l'article au format PDF, c'est ici !

Lagem Taaba agit aussi grâce à des partenaires fidèles (sept. 2014)


actu 09 2014L'aide à la scolarisation demeure primordiale pour les populations de Bokin. L'avenir se joue dans ces classes surchargées où élèves et enseignants sont si volontaires. | La Marche de l'espoir, organisée par l'association Lagem Taaba au profit de ses actions de développement concerté à Bokin, au Burkina Faso, fête, dimanche 21 septembre, son 27e anniversaire.

Priorité à la scolarisation Actuel président de l'association, Jean-Marie Girard exprime les priorités du moment : « L'aide à l'éducation et à l'alphabétisation des adultes reste une priorité. On sait que le niveau de vie et la production, essentiellement agricole, augmentent de près de 30 % lorsque les personnes savent écrire et compter. » Pour ce faire, Lagem Taaba aide à la construction de classes. « Nous n'intervenons que lorsque le projet est bien établi sur place, avec les accords administratifs, l'engagement des professeurs, le soutien des parents d'élèves, qui participent matériellement à la construction. »

À Bokin, un enfant sur trois ne va pas à l'école et un sur dix seulement entre en 6e Il leur faut parfois attendre un an pour l'inscription. Dans la même classe, il peut y avoir un groupe de 150 élèves le matin et un autre l'après-midi. Souvent, seul le professeur a un livre. Certains enfants parcourent 15 km à pied pour assister aux cours, sans même de repas à midi. » Les besoins sont donc énormes.
Vous souhaitez enregistrez l'article au format PDF, c'est ici !

Lagem Taaba agit aussi grâce à des partenaires fidèles (sept. 2014)


actu 09 2014Les représentants de Lagem Taaba et de la caisse locale du Crédit agricole ont signé une convention pour la Marche de l'Espoir. La Marche de l'espoir aura lieu le dimanche 21 septembre. Cette manifestation, qui rassemble en général plus de 1 500 randonneurs, a pour objectif de lever des fonds pour les actions de développement que l'association cantonale Lagem Taaba entretien avec le département de Boki, au Burkina Faso.
Depuis 27 ans, Lagem Taaba s'appuie sur de nombreux partenaires et parmi eux, le Crédit agricole occupe une place importante. Samedi, en présence de Stéphane Charrier, directeur de l'agence, Michel Bâty, président de la caisse locale, a signé une convention de 600 € avec l'association. Michel Bâty a souligné l'intérêt de formaliser une aide « qui dure en fait depuis toujours ».
Jean-Marie Girard, président de Lagem Taaba, a profité de l'occasion pour rappeler l'action de l'association, en particulier dans le domaine scolaire : « Nous ne sommes qu'un maillon des projets de développement du département de Bokin, mais il a son importance. Les divers partenaires, dont vous êtes, nous permettent en particulier d'engager en amont les frais de communication sans lesquels notre Marche de l'Espoir n'aurait pas le succès qu'elle a chaque année ».
Dimanche 21 septembre, Marche de l'espoir. Animations sur les parcours et à l'arrivée, dégustations de confitures insolites. Animations musicales. Un pot de confiture offert à chaque participant. Repas ouvert à tous, randonneurs ou non (adultes 10 €; enfants 5 €). Inscriptions de 5 € ou 6 €, suivant les distances, majorées de 1 € sur place (gratuit pour les moins de 12 ans).
Renseignements à l'office de tourisme. Inscriptions sur www.randovendee.com
Vous souhaitez enregistrez l'article au format PDF, c'est ici !

Les organisateurs de la Marche de l'espoir testent les itinéraires


"Les bénévoles de l'association Lagem Taaba ont testé les itinéraires préparés par la commission Marche de l'espoir..."
Lire la suite de l'article paru dans Ouest France du 29 juin 2014 (format PDF) en cliquant ici

Un invité burkinabé à l'école publique


"Dans le cadre de leur projet pédagogique, les enfants de l'école Elie-de-Sayvres ont travaillésur l'eau et son utilisation..."
Lire la suite de l'article paru dans Ouest France du 20 juin 2014 (format PDF) en cliquant ici

Opération Bol de riz 2014


...Jean-Marie Girard, président de l'association Lagem Taaba, a pu leur apporter réponse : "L'argent qui sera récolté, viendra en aide pour mettre un toit à une école déjà construite."...
Lire la suite de l'article paru dans Ouest France (format PDF) en cliquant ici

Le général Emmanuel Beth était l'invité de Lagem-Taaba


L'intervention, très attendue, du général deux étoiles Emmanuel Beth, ex-ambassadeur de la France au Burkina fût un moment fort lors de notre Assemblée Générale.
Lire l'article paru dans Ouest France (format PDF) en cliquant ici

Les actions auprès des Burkinabés se poursuivent pour l'association Lagem Taaba


L'Assemblé Générale a eu lieu le 25 avril dernier, l'occasion pour l'association d'évoquer ses différents projets.
Retour sur l'article (format PDF) en cliquant ici

Lagem Taaba : du matériel pour le Burkina Faso - La Châtaigneraie

actu 01Le chargement du matériel est en cours. À droite, Jean-Marie Girard, président de Lagem Taaba. Un groupe de bénévoles de l'association Lagem Taaba était à pied d'oeuvre, vendredi matin, pour préparer l'expédition de 8 m3 de matériels à destination de Bokin. L'association gère depuis de longues années des actions de développement concerté entre le Pays de La Châtaigneraie et ce département du Burkina Faso.

L'envoi concernait cette fois des vêtements, des chaussures, du matériel scolaire et du matériel médical avec, en particulier, un siège dentaire et ses accessoires destinés à un hôpital local. « La plupart des marchandises envoyées ne sont pas données à la population, a souligné Jean-Marie Girard, président de Lagem Taaba.

Elles sont vendues à un prix très faible, car leurs revenus sont également très faibles. Cela donne de l'importance au respect et à l'usage du produit qui est remis là-bas par les associations locales. D'ailleurs, nous n'envoyons pas ce qui nous semble bon pour eux, mais ce qu'ils désirent en priorité afin de répondre au mieux à leurs besoins. » Les matériels chargés vendredi matin, vont rejoindre, à La Verrie, un conteneur affrété par le collectif Vendée-Burkina. Ce conteneur partira de Montoir-de-Bretagne début novembre pour être livré à Ouagadougou, fin novembre. Le Châtaigneraisien, Jean-Pierre Tricoire, président de Vendée Burkina, sera présent sur place à son arrivée.